Rechercher

« Jade et les sacrés mystères de la vie » par François Garagnon

« Lorsqu’on s’abandonne, on libère le meilleur de soi. Tout ce qui était contraint s’élance harmonieusement, on s’ouvre à la vie, on se sent délivré. C’est la puissance du dedans qui va forcer tous les obstacles comme un torrent qui jaillit, que rien ne peut arrêter et qui se nourrit de son abondance…

Car l’abandon amène l’abondance, abondance perpétuelle. Si tu comptes sur ta petite volonté, c’est comme si tu tournais de manière calculée un robinet qui va libérer un petit ruisselet d’énergie: à force d’économiser, ton coeur y est menacé de sécheresse, plus rien n’y pousse, ni le succès, ni les projets, ni la tendresse, ni rien qui vaille de vivre. Moi j’ai compris un grand secret…Approche toi, je vais te le glisser dans le creux de l’oreille… Là où il y a de l’abandon, il y a de l’amour, et là où il y a de l’amour, il y a Dieu. Voilà, Voilà. Il faut s’abandonner au courant après s’être assuré de la porté de la source, se laisser porter par son propre élan, sentir le rythme, l’équilibre et l’harmonie, savourer le goût de la vie, et dans un grand soleil de tendresse, dire merci à Dieu, merci de nous guider vers des mondes inconnus et de nous porter sans se lasser, sans se fatiguer, sans ralentir sa course, loin, loin, loin. Laisser Dieu couler en nous comme une source. Tout simplement. Quand tu auras compris, tu verras: la vie, ça coule de source. »






Posts récents

Voir tout