Rechercher

Dimanche mon âme m’a dit

Dimanche mon âme m’a dit


- Viens je t’emmène !


Ni une ni deux j’ai fait ma valise, et je me suis postée devant la porte.

Elle m’a dit que je n’avais pas besoin de ma valise, qu’on allait faire un tour dans le parc.


- Dans le parc ? ah bon


Une légère pointe de déception, et puis très vite je me suis reprise. Elle sait mieux que moi, je lui ai demandé de prendre les commandes alors je la suis.


Au milieu des feuilles mortes, elle prend une voix douce et ferme et me chuchote à l’oreille


- A partir d'aujourd'hui, tu vas te taire. Pour quelques jours, pour quelques semaines, ne cherche pas à savoir. Tu vas te taire par amour pour toi. Tu vas précieusement chérir l'énergie que tu dépenses en parlant souvent trop et inutilement. Tu vas la regarder, la maîtriser, la canaliser et la transformer. N'aie pas peur, car au fond de toi tu savais que ce silence arriverait. Tu sais beaucoup de choses, et en parlant, en racontant, tu laisses s'échapper l'essence divine qui se trouve dans chaque expérience et information que tu reçois. N'aie pas peur, tu vas apprendre à t'aimer, tu vas apprendre à utiliser chaque particule de lumière en toi avec la plus grande justesse.


Mon coeur se serre, puis dans un immense sourire se dit enfin !

Et je me suis tue. J’ai envoyé un message à mes douces amies, j’ai annulé deux rv, et plus un mot.


Mon âme m’a pris la main, et m’a guidée…. au 5ème sous-sol.


- Oh, je t’assure, j’ai fait le ménage là. C’est pas la peine d’y retourner ! - Ah bon, et es-tu sûre qu’après avoir passé le balai, tu as tout bien ramassé et jeté ? - à vrai dire je ne me souviens pas. - Alors viens, je t’aide, à deux c’est plus amusant.

C’est vrai qu’on s’est bien amusées toutes les deux. Et puis parfois, comme ça, en une seconde j’étais en larmes, Mon âme disait

- Surtout laisse couler, ne t’attache pas à ce qui te passe par la tête, laisse faire.


Et hop, cinq minutes après, larmes séchées, nez mouché je riais à nouveau.


C’est lundi soir, que ça a commencé. Mon âme m’envoyait des messages subliminaux. La sensation d’avoir oublié quelque chose d’important qui ne me lâchait pas. Mon âme, elle ne me répondait pas vraiment, elle m’assurait de sa présence, je sentais bien qu’elle travaillait à me faire prendre conscience dans tout mon coeur, dans tout mon corps, dans toutes mes cellules, mais de quoi ?

Et puis, doucement, comme des petites ailes de papillon sont venues me chatouiller, et soulever peu à peu un voile.


Par bribes, j’ai vu un puzzle s’assembler, j’ai vu un pardon que j’avais rejeté. Un pardon qui se morfondait dans un coin, et qui attendait, attendait, attendait que je l’emmène se poser sur le coeur d’une précieuse personne. Je l’ai ramassé, nettoyé, apprivoisé, fait briller, re nettoyé, débarrassé de toutes impuretés, rincé, séché, poli, débarrassé à nouveau de toutes fioritures, jusqu’à ce qu’il ne reste que l’essentiel, une demande de pardon qui venait de mon coeur, profondément, en toute vérité.


Cela a pris deux jours. Car le coeur était embarrassé d’une mémoire de la lignée maternelle encore vive qui tel un grain de sable, bloquait tous les rouages du processus.

Mon âme m’a cajolée, a pris soin de moi comme d’un enfant, m’a réconfortée, et m’a dit


- Tu as toujours su, que lorsque tu croyais tomber tu étais en train de t’élever. Tu as toujours fait l’expérience de ces descentes qui te propulsaient en l’air. C’est comme ça, tu es faite comme ça. Et en même temps tout le monde n’est pas fait comme toi, n’oublie pas. Chacun vit de la meilleure façon pour lui, chacun fait avec ce qu’il est, chacun fait toujours du mieux qu’il peut avec ce qu’il est venu expérimenter et ce qu’il a à l’intérieur de lui.


Ce matin, je me suis levée légère, mon âme souriait, et avec l’oeil qui frise elle m’a dit


- Prépare toi, je t’emmène faire le tour d’un lac que tu ne connais pas. Et puis, maintenant, reprends tes rendez-vous. Ah j’oubliais, regarde les cadeaux qui arrivent aussi….


n.h _ 2/2/2222


Posts récents

Voir tout